¿Qué es AVAATE? | Contacto | RSS 2.0 | Mapa del sitio | | | Buscar

Asociación Vallisoletana de Afectad@s por las Antenas de Telecomunicaciones - AVAATE

Portada del sitio > Documentos > COMISIÓN EUROPEA. RESEARCH EU, WEB OFICIAL: What’s to fear about mobile (...)

COMISIÓN EUROPEA. RESEARCH EU, WEB OFICIAL: What’s to fear about mobile phones? / Doit-on avoir peur du portable?

Miércoles 30 de diciembre de 2009 · 1198 lecturas

What’s to fear about mobile phones?

Shutterstock

System of reconfigurable radiation diagram antennas for mobile telephony UMTS (Universal Mobile Telecommunications System), one of the third-generation technologies. Work being carried out at the laboratoire d’électronique, antennes et télécommunications, at Valbonne (FR). CNRS Photothque/CREMANT/Nice-Sophia Antipolis/LEAT/Emmanuel Perrin Interphone, the largest epidemiological investigation ever conducted into the link between cancer and mobile phones, is delivering its first results. While the interpretation of this study does not yet allow us to draw definite conclusions, it suggests that the use of mobile phones could promote the occurrence of certain brain tumours.
Mobile phone use has grown exponentially over the past 10 years, much faster than television and radio ever did. It is therefore too early to quantify the long-term risks to health. The number of users and relay antennas, sprouting up even in the most remote corners of the world, mean we are constantly immersed in a flow of radio frequencies (RF). Are our bodies capable of withstanding such exposure? The initial results of the Interphone study, launched in 1999 by the International Agency for Research on Cancer (IARC) in 13 industrialised countries, suggest that people who have used mobile phones regularly for 10 years face a higher risk of developing certain tumours.

The study focuses on four types of tumours affecting the brain or the parts of the head around the ears. Each survey participant received a detailed questionnaire on their use of mobile phones, their demographic profiles, whether or not they used other communication systems, whether they smoked, and their personal and family medical histories. In all, 2 765 people with gliomas, 2 425 with meningiomas, 1 121 with acoustic neuromas and 400 with cancer of the parotid gland were interviewed using a common protocol, along with a control group of 7 658 people.

A prudent interpretation...
For gliomas, the brain cancer for which the mortality risk is highest, the Interphone study states that “the pooling of data from the Scandinavian countries and the UK has identified an increased risk of developing this type of tumour on the side of the head normally used for telephoning”. The results thus suggest that the probability of users developing a glioma after 10 years is up to 60 % higher in the Scandinavian countries... nearly 100 % in France and close to 120 % in Germany.

For meningiomas and acoustic neuromas the results are more mixed, although a similar trend emerges. For tumours of the parotid gland, on the other hand, no increased risk has been generally observed. But further investigations, with longer latency periods, are needed to confirm these results.

Elisabeth Cardis of the Centre for Research in Environmental Epidemiology (CREAL) in Barcelona (ES), the coordinator of the Interphone study, however, plays down the alarming nature of these early results: “They do indeed indicate a possible increased risk among long-term users, but this observation is perhaps artificial, owing to two main biases that may invalidate the conclusions. On the one hand, the reports may be underestimated because of selection bias, i.e. the nearly 55 % non-response rate among healthy users. On the other hand, people with cancer may have overestimated their use of mobile phones. That is what is known as memorisation bias.”

A good number of the organisations campaigning for the imposition of more stringent standards on the use of mobile phones believe the definition of regular user’ - used in the Interphone study as someone using a mobile phone at least once a week for at least six months - is much too broad, which could again bias the results. “This is, however, a very clear concept that runs through all the studies,” says Elizabeth Cardis. “When people meet this profile, a detailed questionnaire is sent to document their complete histories of mobile phone use. We have done analyses by number of years’ use, the total number of calls, number of hours, etc.”

Interference with the immune system
The final Interphone results should be publi shed within a few months. Right now, governments cannot (or do not want to) use the Interphone study as a basis for introducing or modifying regulations. However, other studies are pointing in the same direction, like a doctoral thesis defended at the Université Catholique de Louvain - UCL (BE) in June 2008 before an international jury of experts. Dirk Adang, supervised by André Vander Vorst, has measured the impact of electromagnetic waves in four groups of rats. Rodents of three of these groups were submitted over a period of 18 months, equivalent to 70 % of their lives, to different levels of electromagnetic exposure in line with prevailing international standards. The control group was not exposed.

Two major conclusions emerge from this study. The first concerns the effect of exposure on rats’ immune systems. Analysing blood samples carried out every three months, Dirk Adang pinpointed an increase in monocytes, white blood cells involved in the elimination of foreign bodies from the organism, in rats of the three exposed groups compared with the control group. This finding suggests that the organism responds to low-dose electromagnetic exposure as a foreign aggression. A second and more worrying finding concerns the mortality rate: 60 % of rats in the three exposed groups died within three months of the end of the experiment, against 29 % in the control group.

Electromagnetic cocktail
Again, relating as they do to an experiment carried out on rats, these results do not permit definitive conclusions. At the European Commission, a report published in 2009 by the Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks (SCENHIR) indicates that there is no evidence of any impact of electro magnetic waves on human health but recommends that more research be carried out on the subject.

Although the conditions in which mobile phones are harmful to public health are not clearly established, one can reasonably doubt that the friendly mobile is totally innocent. What then of proximity to relay antennas? And of the combined effect with Wi-Fi waves? The health impact of these parameters is still unknown. Additional independent scientific studies are probably required to clarify them. Meanwhile, scientists are advocating the precautionary principle: avoiding the excessive use of mobile phones, especially among young children, using wired headsets or hands-free devices, and not using mobile phones in moving vehicles, which forces them to operate at full power to maintain connectivity. Don’t they say that excessive use of anything is harmful?

Frédéric Dubois

Ver el artículo original AQUÍ


Doit-on avoir peur du portable?

Shutterstock

Systme d’antennes diagramme de rayonnement reconfigurables pour téléphone mobile UMTS (Universal Mobile Telecommunications System), l’une des technologies de troisime génération. Travaux menés au Laboratoire d’électronique antennes et télécommunications de Valbonne (FR). CNRS Photothque/CREMANT/Nice-Sophia Antipolis/LEAT/Emmanuel Perrin Interphone, la plus vaste enqute épidémiologique jamais réalisée sur le lien entre téléphonie mobile et cancer livre ses premiers résultats. Si son interprétation ne permet pas encore de tirer des conclusions indiscutables, elle tend montrer que le portable pourrait favoriser certaines tumeurs au niveau de la tte.
L’utilisation du téléphone portable s’est développée une cadence exponentielle ces dix dernires années. Une croissance sans commune mesure avec celle de la télévision et de la radio qui ne permet pas encore de quantifier les risques long terme sur la santé. Le nombre d’utilisateurs et d’antennes-relais, qui fleurissent jusque dans les coins les plus reculés du monde, font que nous baignons constamment dans un flux de radiofréquences (RF). Notre organisme est-il capable de résister de telles expositions? Les premiers résultats de l’étude Interphone, lancée en 1999 par le Centre International de Recherche sur le Cancer - CIRC dans 13 pays industrialisés, suggrent que les personnes qui se servent régulirement de leur portable depuis 10 ans risqueraient davantage de développer certaines tumeurs.

L’étude s’est concentrée sur quatre types de tumeurs affectant le cerveau ou des zones de la tte situées au niveau des oreilles. Chacune des personnes participant l’enqute a reu un questionnaire précis sur son usage du téléphone portable, ses caractéristiques démographiques, l’utilisation ou non d’autres systmes de communication, son historique médical, sa propension fumer et ses antécédents familiaux. Au total, 2.765 personnes atteintes d’un gliome, 2.425 souffrant d’un méningiome, 1.121 d’un neurinome acoustique et 400 d’un cancer de la glande parotide ont été interrogées selon un protocole commun, de mme qu’un groupe contrle de 7.658 personnes.

Une interprétation prudente
Pour le gliome, qui est le cancer du cerveau pour lequel le risque de mortalité est le plus élevé, l’étude Interphone précise que la mise en commun des données des pays scandinaves et du Royaume-Uni a permis de dégager un risque accru de développer ce type de tumeur du cté de la tte utilisé habituellement pour téléphoner. Les résultats suggrent ainsi que la probabilité pour les utilisateurs de développer un gliome aprs plus de 10 ans est jusqu’ 60% plus élevée dans les pays scandinaves... Un pourcentage qui frise les 100% en France et les 120% en Allemagne.

Les résultats sont plus contrastés en ce qui concerne les méningiomes et les neurinomes acoustiques, mme si une tendance semblable se précise. Pour les tumeurs de la glande parotide, par contre, aucune augmentation du risque n’a globalement été observée. Mais des investigations supplémentaires, avec des périodes de latence plus longues, sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Coordinatrice de l’étude Interphone, Élisabeth Cardis du Center for Research in Environmental Epidemiology - CREAL de Barcelone (ES) tempre toutefois le caractre alarmant de ces premiers résultats: Ils indiquent effectivement une augmentation possible du risque chez les utilisateurs long terme, mais cette observation n’est peut-tre qu’un artéfact, due deux biais principaux qui peuvent invalider les conclusions. D’une part, les rapports peuvent tre sous-estimés en raison du biais de sélection, c’est--dire du taux de non-réponse qui s’élve prs de 55% chez les non-malades. D’autre part, les personnes atteintes d’un cancer peuvent avoir surestimé leur taux d’usage du portable. C’est ce que l’on appelle le biais de mémorisation.

Par ailleurs, une bonne part des organisations qui militent pour l’imposition de standards d’usage plus stricts du portable estiment que la définition d’utilisateur régulier - considéré dans l’étude Interphone comme une personne ayant employé un téléphone portable au moins une fois par semaine pendant une durée minimum de six mois - est beaucoup trop large, ce qui aurait pour effet de biaiser les résultats. C’est pourtant une notion trs claire qui traverse toutes les études, rétorque Élisabeth Cardis. Lorsque les gens répondent ce profil, un questionnaire détaillé leur est envoyé pour documenter tout leur historique d’utilisation de portables. Nous avons fait des analyses par nombre d’années d’utilisation, par nombre total d’appels, nombre d’heures, etc.

Interférences avec le sytme immunitaire
Les résultats définitifs d’Interphone devraient tre publiés d’ici quelques mois. Pour l’heure, les pouvoirs publics ne peuvent (ou ne veulent) pas encore se baser sur l’étude Interphone afin d’instaurer ou de modifier des réglementations. Pourtant, d’autres études vont dans le mme sens, l’instar d’une thse de doctorat défendue l’Université Catholique de Louvain - UCL (BE) en juin 2008 devant un jury international d’experts. Dirk Adang, supervisé par André Vander Vorst, a ainsi mesuré l’impact des ondes électromagnétiques sur quatre groupes de rats. Les rongeurs de trois de ces groupes ont été soumis durant 18 mois, soit l’équivalent de 70% de leur vie, différents niveaux d’exposition électromagnétique conformes aux standards internationaux en vigueur. Le groupe témoin, lui, n’a pas été exposé.

Deux conclusions majeures ressortent de cette étude. La premire concerne l’effet de l’exposition sur le systme immunitaire des rats. Suite l’analyse de prélvements sanguins effectués tous les trois mois, Dirk Adang a mis en évidence une augmentation des monocytes, des globules blancs impliqués dans l’élimination de corps étrangers l’organisme, chez les rats des trois groupes exposés, comparés ceux du groupe témoin. Cette découverte suggre que l’organisme vivant répond une exposition électromagnétique faible dose comme une agression étrangre. La seconde, plus inquiétante, porte sur le taux de mortalité des rongeurs: trois mois aprs l’arrt de l’expérience, le taux de mortalité des rats dans les trois groupes exposés était de 60%, contre 29% dans le groupe témoin.

Cocktail électromagnétique
Encore une fois, ces résultats ne permettent pas de tirer des conclusions définitives, puisqu’ils se rapportent une expérience effectuée sur des rats. Du cté de la Commission européenne, un rapport publié en 2009 par le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (SCENHIR) indique qu’aucun élément ne permet d’établir un impact quelconque des ondes électromagnétiques sur la santé mais recommande toutefois d’effectuer plus de recherches sur le sujet.

Bien que les conditions de nocivité du téléphone portable ne soient pas clairement établies, on peut raisonnablement douter qu’il soit totalement inoffensif. Que dire alors de la proximité avec les antennes-relais? De l’effet couplé avec les ondes wifi? Autant de paramtres dont on ignore pour l’instant l’impact sur la santé. Une situation qui, pour tre clarifiée, réclamera sans doute davantage d’études scientifiques indépendantes. En attendant, les scientifiques prnent le principe de précaution: éviter l’utilisation abusive du portable, notamment chez les jeunes enfants, utiliser une oreillette avec fil ou un kit main-libre, et ne pas téléphoner lors de transports pour éviter la pleine puissance requise par le portable pour maintenir sa connexion au réseau. Ne dit-on pas que l’excs nuit en tout?

Frédéric Dubois

Si quieres hacernos un comentario, por favor escribe un CORREO a avaate@avaate.org o utiliza este FORMULARIO DE CONTACTO. Muchas gracias.


Enviar un mensaje

Apoyo económico